Le ministère de l’Education parraine la cérémonie de distribution du guide des activités parascolaires sur l’environnement

Le directeur général de l’Education Fadi Yarak a parrainé la célébration de distribution du guide des activités parascolaires sur l’environnement. Ce guide est le fruit de la collaboration entre le ministère de l’Education, le Centre de protection de la nature de l’Université américaine de Beyrouth (AUB) et Coca-Cola. Il vise à aider les jeunes à intégrer les notions et les comportements écologiques sains. Etaient présents à la cérémonie la directrice de l’orientation Sonia Khoury, le responsable du service de l’enseignement primaire Hadi Zalzali, le conseiller médiatique Albert Chamoun et nombre de directeurs et enseignants de l’ensemble des régions libanaises.

Après l’hymne national, la directrice du Centre de protection de l’environnement Dr. Najat Saliba a expliqué que le projet a commencé avec l’incapacité de la plupart des élèves à identifier un arbre, le chêne. D’où la nécessité de renforcer leur lien avec la nature à travers des projets de reboisement avec des espèces locales. Elle a qualifié ce projet de très important et a souligné le besoin de mettre en place des activités. Elle a de même mis en exergue l’importance du financement des projets, pris en charge par Coca-Cola après trois ans de recherches assidues.

Triangle d’or

Ensuite, le directeur des relations publiques et de la communication chez Coca-Cola Antoine Tayyara déclaré : « Ce guide environnemental constitue le fruit d’efforts de plus de trois ans fournis par le Centre de la protection de la nature de l’AUB, avec le soutien de Coca-Cola. Nous sommes contents de son adoption par le ministère de l’Education : c’est la preuve concrète de sa réussite et de l’importance du partenariat entre le secteur public, le secteur privé, ainsi que les organismes de la société civile et le secteur de la science. Nous l’appelons au sein de Coca-Cola « le triangle d’or » : c’est le secret de la réussite de toute initiative dans le domaine du développement durable ».

Il a ajouté : « Nous avons tenu durant la décennie précédente à participer à des projets visant à protéger les richesses naturelles au Liban, en collaboration avec les municipalités, les centres de recherche et les organisations non-gouvernementales locales et internationales. Ces efforts sont couronnés aujourd’hui par ce guide pédagogique d’orientation qui sera adopté dans les écoles afin de fournir aux générations futures la possibilité de participer à la protection de l’environnement sur l’ensemble du territoire libanais ».

Un effort collectif

Yarak a pris ensuite la parole afin de souligner les méfaits de « l’urbanisation progressive au détriment des espaces verts, du climat, des ressources souterraines, sans aucune considération pour les impacts environnementaux et leurs répercussions sur les êtres humains ou sur la nature. »

Il a ajouté : « Avec ce déséquilibre dans les modes de vie, sans espoir d’amélioration, des initiatives ont été lancées par des individus ou des groupes, dont les Nations-Unies, appelant à la sensibilisation et mettant en garde contre les dangers visant la planète et ses habitants… »

Mais les efforts visant à sauver la planète ne sont pas anodins : « En parallèle aux conférences internationales sur le thème de l’environnement, les associations et organisations de la société civile s’affairent afin d’éviter la désertification et la pollution, tout en fournissant des efforts gigantesques pour la préservation des espaces verts, de l’air pur et de l’eau potable. Une question d’une telle ampleur nécessite des efforts collectifs, à tous les niveaux », a-t-il expliqué.

« Le Liban n’a jamais hésité à prendre les dispositions nécessaires pour la protection de l’environnement. Il a compris que la meilleure voie pour arriver à un comportement respectueux de l’environnement est la voie pédagogique, touchant directement les élèves, pilier et avenir pour une société pérenne », a-t-il déclaré.

Yarak a ajouté que, partant de ses bases, « la coopération entre le ministère de l’Education et de l’enseignement supérieur et le Centre de protection de la nature de l’AUB s’est concrétisée, avec comme résultat le Guide des activités parascolaires, comme plan complet sensibilisant les élèves sur les plans théorique et pratique, surtout chez les élèves de l’EB3 ».

Le directeur général a de plus suggéré que « ce guide devrait constituer un complément pratique aux cursus scolaire, qu’il ait la priorité dans les activités parascolaires, afin de consacrer, dans les faits et non seulement en théorie, l’approche qui stipule que nous devons conserver l’environnement tel quel pour les générations à venir ».

Il a espéré que « ce guide contribuera à la réalisation des objectifs fixés, dans la mise en place d’une culture respectueuse de l’environnement afin de préserver un Liban vert ».

Projets pilotes

WassimKais, coordinateur du projet, a présenté les détails et étapes du projet et son application dans les écoles au Akkar et dans le Sud, où des élèves ont suivi des activités en pleine nature. Il a souligné que cette expérience sera l’objet d’un fascicule prochainement. Il a particulièrement mis en exergue l’importance du reboisement, de la préservation de la nature et de l’exploration des vieux sentiers.

Docteur Charles Harb, chef du département de psychologie de l’AUB, a de son côté présenté une étude regroupant 260 élèves dans six écoles dans des zones rurales et urbaines où le reboisement a eu lieu. Elle a recueilli les attitudes positives concernant la préservation de la nature

et l’intérêt porté à l’autre. Le guide a ensuite été distribué aux présents des différentes écoles.

111236SB21

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*

x

‎قد يُعجبك أيضاً

ندوة دولية لمركز الدراسات القانونية في اللبنانية حول “إصلاح التعليم العالي في العالم العربي

محطات نيوز – نظم مركز ...